JERRYKA JACQUES-GUSTAVE ARTISTE

JERRYKA JACQUES-GUSTAVE ARTISTE Tournée avec Hallyday, discographie Sylvie Vartan, publicité pour Oncle Ben’s, modèle chez l’Oréal, chanteuse soliste à Dubaï, soirée privée de Whitney Houston, etc. Une liste tellement exhaustive qu’on s’y perd. Le profil de cette artiste peut surprendre.

Educatrice en santé !

Jerryka Jacques-Gustave vit à Paris mais se déplace à la vitesse de l’éclair et à la vitesse de Johnny Hallyday. Son métier a fait d’elle une encyclopédie du showbiz. Longues jambes de carnassiers, à l’aise en tenue de plage, insulaire de naissance, elle mène une vie trépidante et jette l’ancre dans le port qui lui convient. Le port musical est cependant sa passion et elle sait s’y mouiller. Chanter avec Whitney Houston représente probablement une épreuve pour une artiste francophone mais. Jerry a relevé ce défi. D’autant plus que Jerry, comme ses amis l’appellent, est tout un phénomène. Mère malgré tout, elle prend le temps de vous parler, pour une femme d’agenda, ce qui la rend extraordinaire.

La première rencontre avec Jerryka s’inscrivait dans l’ordre du hasard et se passe à Divonne les bains, près d’un château. Si la plage du lac était de son langage mais, pour une insulaire ce n’était pas la mer. Jerry a failli passer pour une extravagante dans sa petite tenue de plage. Elle occupait l’espace à la même vitesse qu’elle disparaissait du décor. La première impression ne trahissait pas le profil du personnage d’une provocation assurée. À lire le résumé de sa carrière par la suite, on comprend rapidement pourquoi elle, si habile, ne gâche pas le showbiz de ses patrons les artistes vedettes. Elle est réellement du métier, mais de culture aussi.

la chanteuse alto-soprano

Chef choriste aux lèvres voluptueuses, Jerry ne doit certainement pas se laisser surpasser par les autres, sans pour autant empêcher le show ! Le regard jaloux d’abord, qui invite et détend par la suite, elle sait se taire pour mieux attirer. Elle fait semblant de mordre à un hameçon qui finit par éveiller la curiosité. Mais, c’est là la démarche esthétique de Jerryka Jacques-Gustave. Née à la Martinique, Afro indo-vietnamienne, elle renferme en elle le temps du défi à l’état pur. Mais c’est dans ses compositions personnelles qu’on arrivera à comprendre la profondeur du personnage impliqué dans la vie des autres, instruite dans la sienne, attendant son tour. Sachant foncer dans le tas. Une vraie professionnelle de la scène.

Jerry a aussi ses déceptions, mais elle ne les exprime que rarement. Eprise d’un amour fou pour Haïti, elle chérie la pensée de liberté que draine ce peuple qui lui ressemblerait. Mais, elle est perfectionniste dans son métier, un désir profond de liberté sans faille. La littérature créole l’inspire dit-elle mais ouverte à un cosmopolitisme très poussé. Qui est réellement Jerrika Jacques-Gustave ?

défilé et produits de luxe

Conservatoire de la Schola Cantorum, Conservatoire de Clichy, Ecole de jazz et musiques actuelles les C.I.M, danse moderne de jazz et africaine. Présence à Cannes, Abidjan, Paris, Montreux, Courchevel, Sénégal, Lyon, Sardaigne, Indonésie, Venezuela, Gabon. Cameroun, Moscou, Marrakech, Deauville, Winnipeg, et la liste est encore exhaustive. Plateau de L’Oréal Paris, scène de Manu di Bango, hommage à Aimé Césaire, show du Monde à Los Angeles. Retour dans sa Martinique natale. Jerry réserve toute une surprise à son fan club, elle se régénère dans la médecine naturelle à la Faculté Libre de Médecine, d’où elle exerce en tant que nutritionniste et naturopathe. Elle se soigne de l’extérieur comme de l’intérieur.

Jerryka Jacques-Gustave est pourtant une mère à temps plein. Incroyable mais vrai, sa fille lui accorde une très grande attention et, témoignage d’une amie de la scène, les liens ne se sont pas rompus. Ni de conflits générationnels. Curieux, la chanteuse professionnelle ne vit pas seule, mais nous n’en parlerons pas.

Jerryka la battante

La question que nous n’avions pu poser à Jerry, c’est de quelle culture est-elle l’ambassadrice avec ce parcours si impressionnant. Car, elle chante de l’anglais à l’hébreu, en passant par l’italien, le créole et le russe. L’arménien, l’ivoirien, l’espagnol etc. en font partie des talents de cette artiste qui a obtenu en 1997, une licence en musicologie à Paris VIII. Nous irons voir Jerrika Jacques-Gustave, mais sur scène, nous le promettons.

Si Jerry connaît tout ce monde de produits de luxe comme Vuitton et compagnie, elle ne s’en accable pas nécessairement dans ses relations amicales. Simplement vêtue, la mère ou la fille d’une mère, la citoyenne ou l’artiste, l’accompagnatrice, l’interprète ou la compositrice, Jerryka Jacques-Gustave reste égale à elle-même. C’est un monde à voir. Music/29-09-2010


archives : http://www.reseauhem-archives.xyz/music_jerryka_jacques_gustave.htm